Voyage à Brühl

18 au 22 mai 2018
samedi 18 août 2018
par  Emmanuel HENNEQUIN
popularité : 36%

Un week-end sous le signe de la réconciliation.

Ce vendredi matin, de bonne heure, nous étions 26, dont 4 enfants, prêts pour le départ du car vers la ville de Brühl. Grâce à ce départ matinal, nous n’eûmes pas de difficultés pour quitter l’agglomération parisienne et filer vers l’est via l’autoroute A4. Et finalement c’est avec un peu d’avance que nous sommes arrivés à Sedan pour y déjeuner. Nous en avons profité pour redécouvrir la citadelle, avant d’aller au restaurant du Château où nous fûmes très bien accueillis et rapidement servis.
Après un délicieux repas, nous sommes repartis vers Bastogne où nous avions rendez-vous pour visiter le « War Heritage Institute » : c’est une base militaire où se situe un épisode de la bataille des Ardennes : le refus de reddition de la 101ème Division Aéroportée (USA) qui y était installée pour s’opposer à la contre-offensive de l’armée allemande. Sous la direction toute militaire d’un adjudant-chef, nous avons pu y voir une collection de chars de combat de la 2ème guerre mondiale, un atelier de réparation de véhicule (un char Joseph Staline 3 en cours de rénovation), le sous-sol où étaient installés les bureaux de l’Etat-Major de la 101 Division (bureaux reconstitués avec des personnages) et, en particulier, la pièce où fut rédigé le fameux refus de reddition du général McAuliffe, texte qui ne comportait qu’un seul mot : NUTS !
L’adjudant-chef nous aurait bien gardé encore un peu mais il fallait repartir pour traverser le Luxembourg (via Clervaux) puis le massif de l’Eifel (via Prüm). Nous n’avions plus le temps de nous arrêter et nous ne vîmes ces deux villes que de loin. Ce sera pour une autre fois ?

Inauguration de la Sceaux-Platz

Finalement, nous sommes arrivés à Brühl avec une bonne demi-heure de retard à l’Hôtel de Ville où nos hôtes nous attendaient avec impatience. Après les séances d’embrassades, nous eûmes droit à la collation habituelle et aux discours d’accueil du Maire de Brühl et du Président de FSB. Ensuite, nous partîmes avec nos hôtes dans leur maison où nous passâmes la soirée à échanger les dernières nouvelles.

Le samedi matin, nous avions rendez-vous à 11h pour l’inauguration de la « Sceaux -Platz ». A notre arrivée, nous fûmes accueillis par de la musique et des chants typiquement français. Et c’est dans cette ambiance de « bal-musette » que nous retrouvâmes nos amis, allemands et français, autour d’une bonne bière ou d’un verre de vin. Puis ce fut l’inauguration officielle par le Maire de Brühl qui a indiqué que cette place a été créée à l’occasion de la réorganisation des accès de la gare, lieu de passage de nombreux collégiens, et à proximité de la bibliothèque. La plaque a alors été dévoilée par les deux Maires (Brühl) et Sceaux).

Les amis se retrouvent

L’après-midi s’est déroulé dans les familles. Pour notre part, nous étions invités chez nos anciens hôtes et leurs amis que nous avions eu la joie d’accueillir dans notre maison de Bretagne il y a quelques années. Après un bon repas, nous avons revu avec grand plaisir les photos de leur séjour en Bretagne.
Le soir, c’était le repas officiel du Maire qui avait lieu au « Kaiserbahnhof », c’est à dire « gare de l’empereur ». Il s’agit d’une ancienne gare qui a été réaménagée en salle de réception. Si le repas fut très bon (à base d’asperges bien entendu), et le vin excellent, l’absence d’insonorisation rendit les conversations un peu délicates. Bien évidemment, nous eûmes droit aux traditionnels discours des Maires et Présidents. L’information la plus intéressante fût l’accord des Maires pour que les échanges entre nos deux villes aient lieu durant le week-end de la Pentecôte afin de permettre aux familles de venir avec leurs enfants.

La page des signatures du Traité de Bonn

Le dimanche était programmée la visite de Bonn, plus particulièrement le Musée « Haus Geschiste des Bundesrepublik Deutschland » et l’ancienne chancellerie. Nous nous sommes donc tous retrouvés au car pour un trajet d’environ 1/2 h et sommes arrivés largement en avance au Musée. En attendant l’arrivée de nos conférencières, nous avons pu visiter des expositions temporaires. Les visites se sont déroulées en deux groupes. Pour notre part, nous avons commencé par le Musée proprement dit. Celui-ci est consacré à l’évolution politique de l’Allemagne de 1945 à nos jours. Ainsi sont évoqués l’occupation de l’Allemagne par les quatre armées (France, Grande-Bretagne, URSS, USA), le plan Marshall à l’Ouest et la politique communiste à l’Est, la construction du mur de Berlin, les différences de vie entre l’Est et l’Ouest, la chute de mur de Berlin et la réunification. Les objets présentés nous rappellent ces événements historiques que nous avons vécus, chacun à notre façon.
Ensuite, nous sommes allés visiter l’ancienne Chancellerie, construite du temps de Willy Brandt (1970). C’est un bâtiment moderne et fonctionnel dans un cadre verdoyant. Après les formalités d’entrée, nous nous trouvons face à une sculpture moderne de Henry Moore évoquant des morceaux de corps humains. Dans le bâtiment principal, nous avons visité le bureau du Chancelier (reconstitution de celui d’Helmut Schmidt), la salle de travail du Chancelier et la salle du Conseil.

Ballade au bord du Rhin à Bonn

Après ces visites culturelles, nous avons eu un déjeuner (copieux) dans la coffee shop du Musée avec, à la demande des Français, une glace, bien appréciée, comme dessert. Ensuite, nous sommes descendus vers le Rhin où, après nous être abrités sous les arbres durant une très courte ondée, nous avons pu nous promener le long de la berge sous le soleil.
Le soir, nous avons passé la soirée avec plusieurs couples du jumelage, autour d’une bonne bière et de plats apportés par chacun de nos hôtes. Ce fut une soirée fort agréable.

Un peu de repos à l’Ecomusée

Le lundi était prévue la journée en famille. Nos hôtes nous ont proposé d’aller visiter un écomusée situé à Kommern, dans l’Eifel. Dans cet espace, que l’on accède via une petite route grimpante, ont été reconstruites des habitations des siècles derniers, montrant les diverses activités de ces époques. Nous avons plus particulièrement été intéressés par une exposition permanente, à base de personnages de cires dans des habitations reconstituées, retraçant l’histoire de cette région du Rhin, depuis la période révolutionnaire de l’occupation française (1794) à l’arrivée des troupes américaines (1945). Après un bon déjeuner sur place, en haut de la colline avec comme point de vue la plaine du Rhin, nous sommes rentrés tranquillement à notre logement et avons profité du jardin avec nos hôtes.

Michael Wellnitz vend son vin !

En fin de journée, nous avons rejoint le groupe pour aller au dîner d’adieu qui avait lieu dans un restaurant à Schuld, petite ville située sur la rivière Ahr, coulant au fond d’une étroite vallée. Ce fut un repas fort agréable et convivial qui nous a permis de converser avec de nouveaux membres du jumelage allemand.

Mardi matin, c’est le lever aux aurores pour être au rendez-vous du car pour le retour. C’est l’heure des dernières embrassades qui s’éternisent un peu car une famille n’est pas encore là. Enfin, la voici et tout le monde embarque dans le car. Et nous voici sur l’autoroute qui nous mène vers la Belgique, et plus particulièrement à Namur où nous avions prévu de déjeuner. Là encore, nous sommes un peu en avance, ce qui nous permet de prendre quelques photos du haut de la citadelle sur la confluence de la Meuse et de la Sambre. Un bon repas nous attend mais que le service est lent ! Nous repartons enfin pour Strépy-Thieu (près de Mons) où est prévue la visite d’un ascenseur à péniche. Il s’agit d’un un ascenseur à bateaux funiculaire double situé sur le canal du Centre en Région Wallonne (province de Hainaut). Malheureusement, la salle d’exposition est fermée pour travaux et aucune péniche ne se présente pendant notre visite pour voir son fonctionnement. On remarque à proximité la présence de « Gilles » (personnages du carnaval de Binche) en cours de répétition pour une fête prochaine. Nous reprenons la route pour Sceaux où nous arrivons après les encombrements.

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à l’organisation de ce voyage, en particulier Guy pour ses informations historico-touristiques fort intéressantes, tout au long de ce voyage.
Signalons aussi qu’un programme spécial avait été organisé pour les jeunes, Fantasialand et Acrobranche, dont ils sont revenus enchantés.

Noémie à Fantasialand
Les enfants à l’Acrobranche