Visite de la Délégation Scéenne à Royal Leamington Spa

28 octobre au 1er novembre 2017
lundi 4 décembre 2017
par  Bernard BAREAU
popularité : 88%

Une visite sous le signe de Richard III

Nous étions une bonne trentaine de français, dont un petit tiers de jeunes, à nous présenter à la douane de la gare du Nord, une bonne heure avant le départ pour l’Angleterre, en ce samedi 28 octobre 2017.
Aux habitués de ces voyages s’étaient jointes plusieurs familles excitées par cette expérience inédite pour eux. Une fois à bord de l’Eurostar, chacun fit connaissance avec les nouveaux et renoua avec les anciens compagnons. L’Eurostar fila tout droit vers le nord, le tunnel sous la Manche, et déboucha au soleil de la campagne anglaise. Car oui, il y a du soleil sur les îles britanniques, parfois, et nous en avons bénéficié !

Le coach nous attendait à St Pancras et nous prîmes la direction de notre première visite, au nord de Londres, à Hampstead, sur le domaine de Kenwood House qui fut donné par la famille Guinness (la fameuse bière !) à l’English Heritage, une fondation qui permet de le visiter gratuitement. Le parc a servi de cadre à un film célèbre : « Coup de foudre à Nothing Hill », avec Hugh Grant et Julia Roberts, que la télé a programmé quelques jours après notre retour à Sceaux. Dans le manoir, on a pu admirer des peintures hollandaises de Van Dyck, Rembrandt (un autoportrait célèbre), Vermeer, Frantz Hals... et des Gainsborough, Constable et Reynolds, plus autochtones.

JPEG - 40.6 ko
Vue sur Kenwood Park

Nous reprîmes le car vers Royal Leamington Spa où nous arrivâmes à la nuit tombée pour une réception « Royale » au Town Hall offerte par Madame le « Mayor » (maire) et les membres du LITS, avant d’être pris en charge par nos hôtes pour notre première nuit sur place.

Le lendemain dimanche, journée libre dans les familles. Pour notre part, nous retrouvâmes le fils de nos hôtes Appleby et sa petite famille ainsi que notre fille et petit-fils amenés par Sue Stadden qui les hébergeait, pour visiter le domaine élisabéthain de Baddesley Clinton, un manoir superbement meublé et des jardins fantastiques (à l’anglaise, of course).
Nous y déjeunâmes de plats typiquement british avant d’enchaîner sur les jardins et un retour en fin d’après-midi pour se préparer au « Civic Dinner » officiel à la Pine Room de la Warwick School, ainsi qu’il en est traditionnellement fait depuis plusieurs voyages. Ce n’est pas Poudlard, mais cela y ressemble un peu... Nous eûmes droit à un repas très protocolaire, avec toast à la Reine et discours des responsables, dont notre propre maire, Philippe Laurent et son épouse, venus tout exprès pour l’occasion, avec échanges d’amabilités et de cadeaux.

JPEG - 58.8 ko
Les Maires (et nos présidents)
JPEG - 19.3 ko
Le squelette retrouvé sous le parking

Le lundi matin, par un temps froid mais lumineux, nous prîmes le car pour Leicester, vers le nord-est, à deux heures de route environ, pour constater par nous-mêmes un événement récent qui a fait grand bruit dans le royaume : la découverte du corps de Richard III, sous un parking, à la suite d’une enquête particulièrement rocambolesque menée par une archéologue très tenace : elle en était sûre, il était là ! Et cela s’est avéré exact aux premiers coups de pioche...

JPEG - 34.1 ko
La bataille de Bosworth (mort de Richard III)

Du coup, on a créé un musée, ré-enterré le corps dans la cathédrale toute proche et généré une révision du caractère cruel et cauteleux de ce roi malmené par Shakespeare ! Qui était-il en réalité ? That is the question ! Tout un bâtiment a été nécessaire pour retracer la découverte du corps, son identification, les péripéties de la bataille de Bosworth qui a vu la mort du « dernier des Plantagenets » et la montée sur le trône des Tudors en la personne de Henri VII (un cousin assez proche du précédent, et donc un autre Plantagenet, à mon avis, mais bon...). La visite du musée nous a pris une bonne partie de la matinée que nous avons terminée en traversant la place pour rencontrer le roi inhumé dans la cathédrale.

Pour plus de détails, voir l’article « Visite de la Cathédrale de Leicester ».

Après les nourritures spirituelles, retour au Centre Richard III où nous avons déjeuné dans la « King Room », une salle de conférence aménagée en restaurant juste pour nous. Une fois rassasiés, nous avons repris le car pour un autre quartier de la ville et la visite du « New Walk Museum & Art Gallery », un musée un peu fourre-tout où l’on a rencontré des dinosaures, des animaux taxidermisés, des momies égyptiennes et une expo de peinture, le tout agrémenté d’un coffee shop et d’une boutique de souvenirs. Nos amis anglais ont le chic pour rentabiliser leurs lieux d’exposition... par contre, les entrées sont souvent gratuites.

JPEG - 23.5 ko
Démonstration d’affection avec un chien d’aveugle

En ce mardi matin, nous profitons de l’accompagnement de nos familles d’accueil pour faire un peu de shopping, ou toute autre activité à notre convenance, avant de retrouver tout le groupe dans un pub typique à l’atmosphère délicieusement british, la Heathcote Inn, avec une nourriture roborative et abondante. Puis nous reprenons les véhicules de nos hôtes pour nous rendre à la dernière visite prévue par le LITS au cours de ce week-end bien rempli, le « Guide Dogs National Breeding Centre », un centre d’élevage et de dressage de chiens pour mal voyants.

Pour plus de détails, voir l’article « Visite du centre de dressage de chiens pour mal voyants »

Le soir, nous sommes les invités du LITS pour un repas d’adieu dans la salle paroissiale de l’église Sainte Marie au cœur de Royal Leamington Spa. Selon une tradition bien établie, que nous avons d’ailleurs adoptée à Sceaux, le repas a été en partie préparé par les membres de l’association anglaise et nous avons droit à une profusion de desserts très différents les uns des autres. Il faudrait goûter à tout mais nos estomacs ne sont pas extensibles. Dommage, car le choix est vraiment original et varié et nous avons un aperçu gourmand sur l’essentiel de la cuisine d’Outre Manche...

JPEG - 22.7 ko
Le groupe d’enfants
JPEG - 85.7 ko
Une céramique de la Wallace Collection

Mais hélas, il faut penser au retour dans nos foyers et c’est le cœur un peu lourd que nous devons quitter cette contrée hospitalière en ce mercredi matin, de très bonne heure. Après des adieux déchirants, étonnés de voir la fin de l’aventure si vite arrivée, nous remontons dans le car en direction de Londres pour une dernière visite de musée.

JPEG - 22.7 ko
Dans le train du retour ...

En effet, avant de s’enfourner dans l’Eurostar, nous avons le plaisir d’explorer la Wallace Collection constituée par plusieurs génération d’aristocrates britanniques qui ont chiné de part le monde d’innombrables peintures, armes, bibelots et autres curiosités qu’ils ont généreusement et gracieusement offerts à la contemplation de leurs concitoyens. En effet, l’entrée pour ces trésors est gratuite et on peut les admirer dans le splendide écrin d’un hôtel particulier grandiose. Sir Richard Wallace, le dernier propriétaire de ces merveilles n’est d’ailleurs pas inconnu des parisiens car c’est à lui que nous devons les fameuses fontaines à son nom qui perdurent sur certaines places de la capitale française où il a séjourné de nombreuses années et que nous allons retrouver après quelques heures de TGV...

Rendez-vous aux prochains voyages !