Hommage à Michel Logan

Article rédigé par Jack Brosse
samedi 4 janvier 2014
par  Emmanuel HENNEQUIN
popularité : 77%

Michel  Logan  nous a quittés  le 15 juillet 2013. Il habita Sceaux dès 1957, puis Bourg-la Reine.
Michel Logan a été élu conseiller municipal de Sceaux en 1959, puis adjoint au Maire jusqu’en 1971.
Président d’une association d’élus municipaux, lors d’un colloque à Cologne, en 1962, il fait connaissance d’élus de Brühl et du Stadtdirector de cette ville. Ces contacts permirent à Erwin Guldner, alors Maire de Sceaux, et à Michel Logan, d’envisager un jumelage entre les deux villes. La mémoire de la seconde guerre mondiale était encore très vive et les jumelages entre villes allemandes et françaises peu nombreux.
Michel Logan était un « chti » né à Labourse le 2 juin 1924 d’une famille de mineur ; il fut, lui aussi, mineur. Il voulait « faire le charbon ». A la sortie de la guerre, le parti communiste était très puissant et la CGT imposait sa loi dans les mines. Michel Logan s’y opposa et adhéra à un syndicat d’ouvriers chrétiens dont il devint responsable local.
A la fin des années 40, comme responsable national de ce syndicat, il est envoyé en Algérie pour régler un différent dans une entreprise de l’Algérois. Michel Logan expose à Jacques Chevallier, Député-Maire d’Alger, que le conflit est le résultat d’une mauvaise gestion. Le Maire en fait son chef de cabinet. Ce poste fut un tremplin pour Michel : chargé de mission au Commissariat au plan en 1960, chef du service de la participation en 1968, directeur des relations sociales de Dassault en1970, il termina sa carrière comme chargé des relations entre les entreprises et l’École Centrale de Paris dont il était centralien d’honneur. Michel Logan est resté un « chti » et un gai luron. Il aimait faire des farces. L’une d’elles mérite d’être contée :

Le bassin du Parc de Sceaux était envasé et le Conseil Général ne s’en préoccupait guère. Michel demanda aux pompiers de Bourg-la Reine de lui prêter des masques à gaz pour faire un exercice de protection civile et convoqua la presse parisienne. Les journalistes vinrent nombreux et furent complices de Michel. Équipés de masques à gaz, ils se promenèrent autour du bassin. Ils firent de belles photos et de nombreux articles sur la puanteur du bassin du Parc de Sceaux. A la suite de cette mascarade, le Conseil Général vota la subvention nécessaire au curage du bassin et Erwin Guldner, Maire de Sceaux et Conseiller Général, trouva que Michel Logan avait trop d’idées !

Michel était Chevalier du Mérite Social et Officier de la Légion d’honneur. C’était
un européen convaincu.
Il créa le CSAI en 1963 et en fut le premier Président avant que Jacques Steverlynck prenne la succession.


Navigation

Articles de la rubrique

  • Hommage à Michel Logan